ENTRETIEN AVEC CHRISTL LUSSNER, DÉCONFINEUSE URBAINE

LA JOIE D'IMAGINER AVEC EUX... #11

Christl Lussner est presque une architecte. C'est une énergie et une vision. Elle vibre avec la ville confinée qui trahit sa beauté comme jamais. Elle savoure le ralenti des choses pour prendre sa dose de local. Elle pense et repense cette période où tout pourrait être à nouveau possible. Le sens du travail pour cette génération qui bouscule. Le goût de la ville et de la vie en ville. La soif de craquer des intimités rebelles et joyeuses. Elle peint en secret l'intensité du présent retrouvé. Elle trace les contours du "new sensible". Elle jette encore son regard au loin pour capturer l'air du temps et l’habiller pour qu'il soit présentable. On adore sa fraîcheur. C'est notre printemps.

***

 

J’invite l’entreprise à accueillir notre énergie de transformation en réhabilitant la douceur. Un peu comme la ville qui s’amanise dans le ralenti de ce présent inattendu. 

Depuis longtemps, je rêvais d’une ville à 5km/h, une ville à taille humaine. Et aujourd’hui, elle est là au ralenti comme figée dans le temps. Je la contemple et je découvre une nouvelle douceur aimante qui me permet de penser et de créer. Je crois bien avoir repris goût à la ville. Je retiens de cet épisode du confinement le devoir d’amaniser l’urbain, de le rendre le plus aimable possible. Nous devrions tout simplement intégrer la vie en ville pour une ville en vie.


Je la regarde enfin cette ville. Elle se dévoile dans ses moindres détails. Ses intentions deviennent évidentes. Ses voiries désertes et ses perspectives vierges offrent une lecture limpide des façades. Je suis passée d’une expérience sensorielle et globale de la ville à celle du quartier. Ma rue est devenue un monde. Je l’apprivoise comme une experte du local. La revanche de la rue a sonné et la rue est aussi riche qu’un voyage. Le micro révèle ses imaginaires, je pars à la découverte de détails symboliques.


Tandis que l’essence de la ville est enfin saisissable, mon écosystème relationnel est bouleversé. Le télétravail me mène de manière paradoxale à plus de proximité avec l’autre. En effet, je partage l’intimité de mon lieu de vie. Je lui fais découvrir mon décor, là où je vis et pense. Et alors que je vis une hyper connexion, le confinement me permet aussi de me recentrer sur moi-même. Cette période est clairement un appel pour une réflexion sur le sens de la relation, de la vie, le sens encore du travail en entreprise et le sens de la mobilité. Nous devons placer la notion d’essentiel au cœur du débat intergénérationnel.


J’invite l’entreprise à se réinventer pour accueillir mon énergie transformatrice en réhabilitant la douceur un peu comme la ville qui s’amanise. La rupture est dans la vie. Elle la féconde. Il en va de même pour le travail et les affaires.


Christl Lussner 


***

A suivre sur la page Linkedin Utopia Hackers et Instagram @utopiahackers notre série "LA JOIE D'IMAGINER AVEC EUX..." qui donne la parole, en cette période difficile, à des voix nouvelles empreintes d'optimisme et de lumière. 

 
 

©2020 - Utopia Hackers